Discours de passation de Marcelle, présidente descendante.

 

La cérémonie de passation du collier dans un club du Rotary est l’un des moments protocolaires les plus marquants, tant pour le président que pour l'ensemble des membres, tout simplement parce qu'elle témoigne que le club est vivant et que nous en sommes, quelles que soient les fonctions exercées ou pas, un élément indispensable de l'ensemble, pétris des mêmes valeurs.

Pour une présidente en fin d'exercice, ce moment est intense et il l’est d'autant plus lorsque ce mandat a duré deux ans. L'émotion que je ressens ce soir est à la hauteur de l'engagement qui a été le mien et de la passion qui m'a animée pour en faire un moment de vie rotarienne et personnelle qui compte.

Le Rotary a ceci d'extraordinaire : la fin de mandat ne marque jamais une fin mais la possibilité de servir ailleurs et toujours dans le même but.

Il est traditionnel, à l'heure de bilan, de dire à ses équipes que rien n'aurait été possible sans elles. Au-delà, ce soir, j'ai une pensée pour chacun d'entre vous qui, depuis juillet 2020 (et même bien avant), avez été là dans les bons mais aussi et surtout dans les mauvais moments de la vie de notre club. Une pensée particulière pour ceux qui nous ont rejoints pour agir, ceux qui attendent à notre porte, mais aussi ceux qui nous ont quitté après avoir oeuvré à nos côtés.

A l'heure de transmettre le collier à notre présidente élue Christine, je suis heureuse car j'ai conscience d'avoir modestement rempli ma mission.

Je lui transmets un club vivant qui a su rebondir et traverser les épreuves de quelque nature qu’elles aient été (et vous les connaissez) comme il a su le faire depuis 73 ans.

Je lui transmets un club fort et fier de son histoire, de ses traditions, mais aussi de sa modernité, doté d'un socle réglementaire structurant (règlement intérieur et statuts modernisés) et d'un site Internet qui est notre meilleur pavillon.

Je lui confie un club doté d'un cap, d’un gouvernail clairement identifié dans le plan stratégique quinquennal depuis octobre 2020.

Je lui confie au club qui, pour la troisième année consécutive, a obtenu une citation présidentielle du Rotary international, saluant notre capacité collective à mettre en œuvre les objectifs que nous nous étions fixés.

Je lui transmets au club qui a fait de la formation de ses membres une priorité pour mieux les intégrer et les fidéliser.

Je lui transmets un club qui a su nouer une relation forte avec nos amis rotariens de Strasbourg, de Sarzana, d'Inde, du Liban et aussi de notre district  1730 (ses présidents de commission, ses gouverneurs et les présidents de clubs amis).

Les actions que nous avons menées en ces temps de pandémie ici et plus loin, de l'autre côté de la Méditerranée, vous les connaissez et je ne les citerai pas mais je voudrais dire que, si notre devise est « Servir d’abord », le Rotary est aussi un état d'esprit, une volonté, une envie, un savoir-être pour pouvoir être un savoir-faire. Si j’osais, je dirais c'est la Rotary attitude : on fait parce qu’on est rotarien.

Le plus extraordinaire est que cet ADN est partagé par des femmes et des hommes qui, sans se connaître, sont devenus, en devenant rotariens, les pièces indispensables d’un même moteur toujours en mouvement, comme le dit notre devise « sempre in mossa ».

Cette unité, cette convivialité, Christine, je sais que tu y es très attachée et je te les confie. Quelquefois, tu trouveras la tâche lourde (plus d'effectifs, plus de moyens, plus de projets) : elle te permettront d'avancer.

Christine, je suis persuadée, tu le sais, que tu es la présidente qu'il nous fallait : jeune rotarienne, tu as connu le club dans toute sa réalité, tu as participé très vite au comité, tu as accepté d'être notre présidente malgré tes charges professionnelles. Cela témoigne, je le pense, que tu réunis toutes les conditions de pugnacité, de volonté et de détermination nécessaires pour conduire un club.

Tu le sais, ton équipe sera là, les membres du club seront là et, à titre personnel, la past-présidente que je suis désormais sera à tes côtés.

À la fin de ce discours, je voudrais donner la parole à Marcelle Franceschi qui n’est presque plus présidente, pour rendre un hommage particulier à Pierre pour ce qu'il a fait aujourd'hui et hier, ici ailleurs, au service du Rotary. Ne pouvant déontologiquement lui décerner un PHF si mérité, je lui attribue un PHF de cœur en mon nom personnel pour ce qu’il m'a permis de vivre et collectivement en votre nom à tous pour son implication au service de notre club.

À présent, Chris, dans la tradition, avant de te passer officiellement le collier, au son de la chanson des Beatles « Imagine », comme l’a fait notre présidente internationale Jennifer Jones lors de sa présentation, je souhaite à notre nouvelle présidente une pleine réussite et à la femme que tu es, à mon amie, la promesse d’un épanouissement personnel qui enrichira ta vie bien au-delà du Rotary.

Alors, au nom de cette tradition de nous sommes très fiers, je voudrais te dire avec Gustave Malher que « la tradition ce n'est pas le culte des cendres mais la préservation du feu ».

 

À toi d'imaginer le Rotary de demain.